Episode neigeux du 7 février

Bonjour à tous,

l’épisode neigeux du 7 février a été très difficile à vivre pour tous nos clients devant se déplacer en Ile de France.

Pour les trains Intercités de la ligne Paris Amiens, 3 trains ont été supprimés, 4 l’ont été partiellement . En tout, 23 trains ont été retardés.

Les chutes de neige ont deux conséquences. Tout d’abord ralentissement de la vitesse de circulation pour éviter les phénomènes de projection de glace lors des croisements de trains. Par conséquent, on peut tabler sur zéro régularité ou presque. Ensuite, lorsque les chutes de neige sont importantes et denses, les aiguillages peinent à être manoeuvrés malgré les dispositifs de réchauffages automatiques ou manuels employés. C’est ce qui a pu occasionner des incidents sur les aiguilles comme à hauteur de Creil par exemple. Le trafic a alors été interrompu le temps de les remettre en ordre de fonctionnement normal. Ce n’est pas une question de température, mais un phénomène de bouchon de neige dans les appareils qui est en cause. A cela s’est ajouté la présence d’une personne dans les voies.

Au moment du départ des trains du matin, tout était organisé pour que tous les trains circulent, mais avec un peu de retard à cause de l’abaissement de vitesse. Nous ne pouvions pas anticiper ce qui s’est produit à hauteur de Creil et c’est pour cela que nous avons fait partir les trains depuis Amiens sans plus de forme.

D’autres perturbations se sont ajoutées, entre autres que les personnels étaient eux aussi coincés dans les mêmes trains que vous.

L’information diffusée ensuite a été très confuse car les causes d’incidents venaient s’ajouter les unes aux autres et aussi parce que dans ces conditions, toutes prévision fiable de reprise de la circulation devient impossible. Je suis bien conscient que cela n’est pas entendable pour les clients et que vous avez besoin d’être mieux informés. A bord par les Chefs de bord bien sûr (nous travaillons à progresser avec eux dans ce domaine, mais ils sont eux aussi en bout de chaîne d’info), mais aussi par le biais de l’application sncf. Le fil tweeter ter.picardie a quant à lui apporté des progrès mais cela n’est pas encore suffisant.

La SNCF a engagé un vaste chantier sur l’information voyageurs lors des situations perturbées suite à l’incident de la gare Montparnasse et pour l’heure n’a pas encore abouti totalement. Le point noir reste celui des situations avec accumulations de divers incidents en cascade.

Enfin, pour ce qui est de l’anticipation des voyages pour demain vendredi, les chutes de neiges prévues impacteront les circulations en les ralentissant c’est certain, la quantité de neige sera déterminante sur la fluidité des circulations, les phénomènes de bouchon de neige dans les appareils pouvant à nouveau se former.

Nous sommes réellement désolés pour tous les désagréments que cela a pu vous occasionner et nous vous présentons nos sincères excuses pour les manquements que vous avez subis, mais soyez certains que nous faisons notre possible pour que de tels épisodes se passent du mieux possible pour tout le monde.

Partager sur :

9 commentaires pour Episode neigeux du 7 février

  • Troddio

    ça fera chuter vos statistiques. La prochaine fois au lieu de mettre le train à 6h21 il faudra l’avancer de quelques heures 3h21par exemple, pour arriver à 7h29 à Paris.

  • clientabonné

    Mr Marquer ,
    Merci pour des explications claires …
    Néanmoins pouvez-vous nous expliquer comment vous faites dans les régions montagneuses où la neige n’est pas exceptionnelle en cette saison.
    les mesures prises dans ces régions ne peuvent elles pas être appliquées dans les autres régions ?
    D’avance merci pour votre retour

    • Philippe Marquer

      Bonjour Clientabonné,
      dans les zones montagneuses, les équipements sont prévus en conséquence de chute de neige abondantes et fréquentes. Des trains chasse-neige à circulent pour “ouvrir” la voie. Ces équipements particuliers n’existent pas dans les régions de plaines car il n’y a pas nécessité d’en avoir. Dans les régions montagneuses, les vitesses des trains sont rarement de 160 km/h, par conséquent il n’est pas nécessaire de rabaisser leur vitesse pour éviter les projections de glace. Dans ces épisodes neigeux, et cela est vrai partout dans le monde, les vraies difficultés résident dans le dégagement des aiguillages. Il existe des réchauffeurs installés à demeure pour faire fondre la neige, et dans le cas contraire, ce sont des agents munis de chalumeaux qui réalisent cette tâche.

  • nathalie dumont

    M. MARQUER
    Ce n’est pas une question de température, mais un phénomène de bouchon de neige dans les appareils qui est en cause

    Pourquoi employer le terme (poste d’aiguillage gelé) d’ailleurs depuis des années, il serait plus approprié (poste d’aiguillage enneigé)
    Encore une fois, l’information a été nulle les moyens mis à disposition afin de nous acheminer vers Paris ou (retour AMIENS pour certain) idem, (nul.
    Des voyageurs montés en gare de LONGUEAU, avaient déjà connaissance des retards des trains de 5h53, 5h35 et cependant vous n’avez adressé aucun SMS (trafic perturbé en raison des conditions climatiques) le SMS est arrivé à 7h28 le train de 6h14 était déjà bien loin de la gare d’AMIENS

  • Aa

    Jamais vu un bazar pareil !

    Concernant l’information, c’est simple il n’y en a eu AUCUNE et je dis bien AUCUNE !

    Des chutes de neige importantes et denses !!!??? Vous plaisantes j’espère ? A vous lire on croirait qu’il faisait -30°C et 1m de neige !

    Toute expérience est bonne à prendre :

    https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/video-canada-un-train-souleve-des-tonnes-de-neige-sur-son-passage_816919.html

    • Philippe Marquer

      Bonjour Aa,
      très belle vidéo de train au Canada. Pour préciser les choses, les Canadiens connaissent les mêmes difficultés que nous : les aiguillages. Quand les trains sont lancés en ligne droite, il n’y a pas de problème. C’est lorsqu’il faut changer d’itinéraire que les problèmes arrivent. Et même au Canada ou ailleurs, il n’y a pas d’autre solution que de dégager les aiguilles à la main et au chalumeau.
      Je mets ci-après un lien vers un article de web-presse qui traite du sujet. Vous y trouverez aussi une vidéo tournée en France et qui n’a rien à envier aux Canadiens (si ce n’est la longueur du train de fret…)!
      http://www.slate.fr/story/97687/train-chasse-neige-france

  • RUE_80

    En 2016, il y a eu des Travaux de modernisation des aiguillages de Creil. Et où c’est produit le blocage….

  • JSerouart

    M. Marquer,

    Vos excuses sont bienvenues mais elles sont loin de répondre à nos besoins. Nous avons besoin d’être rassurés sur la détermination de la SNCF à ne pas répéter les même erreurs. Ca passe probablement par un plan d’action et des processus d’améliorations continues.

    Si moins de 10 cm de neige suffisent à vous bloquer, dites-le clairement. Dans ce cas, nous devons connaitre tous les éléments pour décider s’il est raisonnable de construire une carrière à Paris avec des moyens de transport aussi peu fiable. Et sinon, si vous n’êtes pas résignés, agissez et faites nous savoir comment vous agissez !

    Hors, comme à chaque fois, vous semblez vous en remettre à la fatalité et vous évoquez sans conviction quelques pistes d’amélioration.

    Selon moi le problème de l’information, ce n’est pas tant son cheminement que sa fabrication. Quand plusieurs centaines de personnes sont bloqués dans un train, qui chez vous se pose la question des informations qui leur seront utiles ? Quand un incident ce produit, on a *envie* de savoir ce qui se passe mais on a surtout *besoin* de décider de la suite du voyage en connaissance de causes.

    Dans un message précédent, je vous ai raconté comment je suis resté à quai à Chantilly après qu’un train stoppé pour une “durée indéterminée”, d'”au moins une heure” soit reparti. Mercredi, dans la même situation, suivant vos recommandation, je suis cette fois resté à bord à Creil. Le train est reparti subitement, quelques secondes après une annonce succincte. Il me semble même que l’annonce s’est faite par hauts-parleurs sur le quai et pas à bord. Je n’ai pas eu le temps, ni les éléments pour décider de rester à bord ou pas. Et j’ai finalement perdu plusieurs heures pour aller à Paris et repartir immédiatement. L’information dont j’avais besoin c’est : Est-ce que la SNCF travaillait à assurer un retour sur Amiens depuis Creil ? Est-ce qu’elle me conseillait d’annuler mon voyage si possible ou pas ?

    Encore une fois, vous nous envoyez régulièrement des brigades de contrôleurs zélés et intransigeants qui verbalisent à 50 euros ou plus chaque défaillance des voyageur. Pouvez-vous vraiment envisager que nous nous satisfaisions de mots quand la SNCF déraille ?

    Merci d’avance de bien vouloir répondre à mes interrogations.

    • Philippe Marquer

      Bonjour JSerouart,
      comme je l’écrivais dans l’article, SNCF a mis en route un vaste chantier sur l’information voyageurs. Il y a bien sûr un volet sur la fiabilisation et l’articulation des sources d’infos autour du numérique et du digital pour rendre plus cohérente l’information à destination des clients. Il y a aussi un volet sur la fiabilisation de l’information elle même et de son cheminement en interne. Et enfin, il y a l’ambition de mieux former tous les personnels (en contact ou non avec les clients) dans le domaine de l’information aux voyageurs, et en particulier dans les métiers de la gestion opérationnelle des aléas, métiers qui sont d’abord à la base, des métiers de techniciens ferroviaires.
      Je peux vous rassurer sur le fait que SNCF a bien l’ambition de réussir cette “révolution” interne pour le bénéfice de ses clients.
      Cordialement.